samedi 10 avril 2021

J'ai vu une graine.

 On s’est tous retrouvés à la maison.

J’ai encore tellement de mal à accepter sa mort.

Seule sa sœur est venue de Sicile. Ce sont des gens très modestes, ils n’avaient pas les moyens de tous venir et n’ont même pas pu rapatrier le corps.


On a fait passer « Imagine » à la cérémonie.

Je suis le seul à ne pas avoir pris la parole, je ne pouvais pas dire un mot.

Son filleul, lui d’habitude si timide, s’est levé d’un coup et est allé au micro.


Je voudrais vous parler de lui.


Il a dit combien son parrain avait compté. Toujours présent pour lui, depuis sa naissance, « y compris pendant toutes ces années où j’ai dû grandir sans mes parents ».

Le gamin, qui a maintenant 19 ans, a bien souffert. Massacré par les services sociaux, vraiment massacré.

Aujourd’hui, c’est un beau jeune homme, honnête et droit, le pardon et la mesure aux lèvres.

Mûri par les épreuves, pas abîmé.


On a passé deux jours ensemble à la maison, la photo de notre ami sur la cheminée, son ex-femme nous traduisant l’italien de sa sœur. C’était deux jours suspendus.


Son filleul, toujours lui, nous a dit que ce qu’il retenait, c’était que son parrain travaillait 51 heures par semaine. Un contrat le jour, et de l’intérim la nuit. Et donc pas d’heures supplémentaires payées.

Il avait perdu son logement. Si peu de temps pour dormir dans un petit appartement sous-loué à prix d’or. Complexé par ses dents, pourries les unes après les autres.

Il était fatigué. 52 ans.


On a parlé longtemps.

Son filleul (appelons-le « le gamin ») m’a beaucoup parlé de mes bestioles. Il a une formation agricole comme moi, et je lui ai souvent parlé de permaculture.

La permaculture, ce n’est pas du jardinage. C’est une philosophie humaniste : utiliser les déchets pour les limiter, produire en utilisant sobrement les ressources, donner les surplus et les profits… Une forme d'humilité, comme l'aquariophilie naturelle.


Il a toujours été très frappé par l’histoire d’Aquazolla. Ces aselles découvertes au fond de mes poubellariums abandonnés, dans les ruines de ma vie d’avant, détruite par le destin.

Il ne m'a parlé que de ça pendant ces deux jours, ça semblait l’obséder.


Il m’a dit :

- Tu sais, Tonton, je suis en train de monter ma boîte. À cause de toi. Je t’ai vu travailler comme un chien, jour et nuit. Le soir à minuit, tu as encore les mains dans l’eau glacée avec ta lampe frontale, à attraper tes bestioles une par une. Tu ne te reposes jamais. Mais moi je sais que tu es libre. Je veux faire comme toi, je serai libre et je sais très bien ce que ça coûte. J’y suis prêt.


Moi, j’aurais bien aimé qu’il continue ses études. Mais rien à faire, il ne veut plus être un enfant, sa vie lui en a passé le goût.


- Mon parrain, il était souvent méprisé par les gens. Il était exploité parce qu’il n’était pas instruit. Son travail l’a usé. Il n’était pas libre. J’ai décidé que ma boîte, quand elle sera en mesure d’embaucher des gens, sera une entreprise permacole. J’embaucherai spécialement ceux dont personne ne veut, ceux qui sont discriminés. Je suis moitié kabyle et moitié européen, et je sais ce que c’est. Je veux faire une boîte juste, où l’argent est un moyen et les gens le but. Pas le contraire.

- ...

- J’ai que 19 ans et j’ai du temps pour y arriver. Je voudrais que tu m’aides parce que je sais que ça va te plaire.


Il a ajouté :

- Je sais pas si le paradis existe, j'arrête pas d'y penser depuis qu'il est parti. Mais j’aimerais bien qu’on essaie, ensemble, juste de prouver qu’il « pourrait » exister. Juste pour lui et pour l’avoir tenté.


On a parlé comme ça pendant les deux jours et tard le soir.

Je l'aime profondément.


Quand il était petit, il croyait que son Papy était un magicien parce qu’il transformait des petites graines en pieds de tomates ! Son truc à lui, c’est les graines et leur magie, depuis toujours.




Je suis trop vieux pour avoir vraiment des projets. Trop vieux et un peu trop malade pour emprunter à la banque, aussi !


Alors il a décidé, à 19 ans, avec ses économies comme seul apport, de chercher une pauvre petite ferme dans une région bon marché. On y installera mes bassines et ses graines. Je l’aiderai à rembourser la banque et on travaillera tous les deux à ce qui sera une « tentative de paradis ».

À partir de rien, comme une aselle qui sort de la vase inerte.


Permaculture aquatique, terrestre, humaine, économique, sociale, philosophique.

Ni lui ni moi n’avons de biens ni de goût pour l’argent. Je n’ai plus rien, et lui n’a rien encore !

Ce sera notre force.


Une page blanche.


On verra bien où ça nous mène, ça me plaît bien.


On verra bien si les larmes, ça fait pousser des choses.


Je vous tiendrai au courant. On sera peut-être obligés de fermer la boutique un mois ou deux cette année le temps de tout réinstaller au paradis, si on le trouve.


Aquazolla, ça restera évidemment tout petit. C’est quand même réservé à une petite communauté de frapadingues comme vous et moi.

Mais je vais l’aider, parce qu’il fera de belles choses. C’est obligé.


Sa boutique est époustouflante. Ça s’appelle TOOPOOSS et ça se développe déjà, ce gamin a du génie et du cœur. 19 ans !

Et du courage, beaucoup.


Je pense souvent que la jeunesse qui vient après nous est meilleure que nous.

Il faut les aimer et tout leur donner.










What do you want to do ?
New mail
What do you want to do ?
New mail
What do you want to do ?
New mail

mardi 9 février 2021

Le ciel n'est pas vide, ce soir.

 Mes amis,


Je ne vous parle pas très souvent, mais vous êtes presque les seuls à qui je parle.

Je suis un vieux bonhomme qui vit au milieu de ses bidons et ses bassines et qui ne parle vraiment qu’à la nature.

Je vis un peu comme un ermite.

Vous êtes mes amis car je sais que vous m’aimez bien quand vous me lisez.

Alors c’est à vous que je vais confier ma peine ce soir. Elle est immense.


Je viens d’apprendre la mort d’un frère. Un ami constant, d’une fidélité déraisonnable, le meilleur ami de mon épouse. C’est de lui que je me suis inspiré pour vous parler du maçon portugais de mes billets.

En réalité, il était venu de Sicile.

Une crise cardiaque l’a emporté ce soir et je suis tout seul avec mes larmes. Mes bestioles ne comprendraient pas pourquoi leur Papy pleure.


S’il vous plaît, que ceux d'entre vous qui croient en quelque chose, n’importe quoi, ou même juste en l’homme ou en l’amour, aient la gentillesse, s’ils le peuvent, d’allumer chez eux une petite lumière, un bougie, quelque chose. Un truc qui l’aide à partir autrement que dans l’obscurité froide de l’oubli.


Certains d’entre vous savent qu’avant l’aventure d’Aquazolla, j’ai connu une épreuve parmi les pires, un combat qui m’a tout fait perdre et a failli m’emporter.

Lui a toujours été là, à chaque étape, tout simplement, même quand tous les autres étaient partis.


Rien de ce que je construirai désormais, je le jure, n’existera sans que je grave son prénom quelque part. Jamais aucun temple sans une pierre à son nom

Il est parti comme partent les petits, les pauvres, sans pouvoir payer sa chambre malgré deux boulots dont un de nuit, mal soigné parce que mal instruit, plus superstitieux que scientifique.


Parce que les petits vivent moins longtemps que les autres.

Il n’osait pas sourire devant les gens parce qu’il n’avait pas les moyens de remettre les dents qui lui manquaient.


Son personnage disparaîtra, vous ne m’en voudrez pas, de mes billets désormais. Je n’aurai plus le cœur...

Je suis malheureux, triste, et un peu révolté.


Pensez aux petites lumières, s’il vous plaît.

Je serais heureux que l’ombre ne se referme pas trop vite sur lui.

Il y a des petites gens qui ne laissent pas le monde pareil qu’avant d’avoir existé.

Il en était.


Mon fils m'a appelé ce soir, lui qui a affronté toutes les épreuves avec nous et avec lui, qui était son parrain de cœur. Nous avons, mon fils et moi, juré ce soir de combattre le mal par le bien.

Pour que les petits ne soient plus jamais les derniers.

Et on verra bien où ça nous mène.


dimanche 6 décembre 2020

L'eau verte, enfin vaincue par SuperMattier !


Ça fait deux ans que je suis dessus !

DEUX ANS !!!


J’explique...


En aquarium comme en bassin, nous avons tous un jour pesté contre une invasion d’eau « verte ».



L’eau verte n’est pas un problème en soi. Ce développement massif d’algues microscopiques qui constituent le phytoplancton est une phase normale et naturelle dans la vie d’un point d’eau sauvage.

Lorsque les végétaux supérieurs, les plantes, ne sont pas en mesure de consommer toutes les ressources disponibles, alors ce sont ces micro-algues qui en profitent, la nature ayant horreur du vide. Il n’y a qu’en hiver que l’eau, même très polluée, reste assez limpide, car la lumière et la température sont insuffisantes pour les algues, comme pour les plantes d’ailleurs.


Mais au printemps, par exemple, dès que la lumière devient plus généreuse et que les températures remontent, vos plantes ont bien du mal à croître assez vite pour consommer tous les éléments minéraux, présents en masse. En effet, beaucoup d’animaux et de végétaux sont morts et se sont décomposés, des feuilles mortes sont tombées, et tout cela a produit des minéraux disponibles en quantité.

Mais les plantes sortent d’un long sommeil, elles ont beaucoup régressé, et elles ne peuvent pas consommer autant de minéraux !

Ce sont donc les algues qui s’y collent, et l’eau devient plus ou moins verte, voire carrément opaque. Puis, lorsque les plantes parviennent à démarrer correctement, elles concurrencent enfin les algues et l’eau s’éclaircit.

Ce phénomène peut en réalité se produire à chaque fois qu’une ressource est en excès pour les plantes présentes, comme la lumière en plein été par exemple…


En bassin, l’eau verte est juste désagréable parce qu’elle prive de la vue des poissons et il est vrai qu’une eau cristalline est plus agréable à regarder, puisqu’elle laisse apercevoir la vie aquatique.



Mais en aquarium, le problème peut devenir plus grave.

En effet, si les algues produisent de l’oxygène en présence de lumière, ce n’est pas le cas la nuit. Pire : elles respirent et consomment alors de l’oxygène.

Si ces algues viennent à manquer de quelque chose, cela peut carrément devenir très grave. Car si elles meurent en masse, alors elles se décomposent, l’eau devient brunâtre et sent mauvais. Les algues mortes sont consommées par des bactéries qui utilisent BEAUCOUP d’oxygène. D’où la mauvaise odeur, signe d’un milieu « réduit », manquant d’oxygène (on dit « hypoxique », voire « anoxique »).

Bref, ça pue sa race, les poissons étouffent et disparaissent à leur tour, et l’écosystème entier meurt.

Ne parlons pas des solutions chimiques que l’animalerie vous vendra : tuer massivement les algues est une idée géniale qui vous amènera à l’apocalypse ci-dessus !


En aquarium, l’eau verte, si elle s’installe, est donc davantage qu’un simple désagrément esthétique. Les plantes, si elles n’ont pas réussi à empêcher le phénomène, seront elles-mêmes privées de lumière et la concurrence les fera bien souvent disparaître elles aussi.


Dans la nature, la solution existe. L’eau verte, constituée de micro-algues, est une ressource pour d’autres acteurs qui s’en nourrissent. C’est le cas de centaines d’invertébrés : cyclops, gammares, larves diverses, ostracodes… et surtout daphnies ! Ces petits animaux constituent le zooplancton, que Mini-Mattier appelle le « zozo-plancton » (c’est pas un génie), et rendent à l’eau sa transparence.

Il suffit de 20 daphnies pour filtrer totalement 1 litre d’eau en 24h00 ! Quand on voit la taille de la bestiole, on est admiratif… Et plus elle mange, plus elle se reproduit ! Ce qui fait que l’eau verte ne résiste pas longtemps.



Mais, en aquarium il y a un problème de taille : les poissons.

Même s’ils sont présents en bassin également, la densité en aquarium est telle qu’ils mangent tout ce qui bouge !

Vos daphnies ne resteront donc pas longtemps en vie et votre usine à eau claire risque de tourner court en quelques minutes !

Et si ce ne sont pas les poissons, c'est votre satané filtre qui gobera les pauvres malheureuses...


J’avais depuis plusieurs années l’idée de créer un kit pour résoudre cela et permettre à une colonie de daphnies de travailler à l’abri des poissons. Il fallait que les algues puissent aller aux daphnies mais que les daphnies, même nouvelles-nées, ne puissent pas aller aux poissons :


J’ai construit les premiers prototypes début 2020, en plein confinement, ce qui me permettait de ne pas passer trop de temps avec ma délicieuse, gracieuse, mais néanmoins poilue épouse.

Mini-Mattier, en me voyant faire flotter mes protos, était convaincu que son Papy jouait aux petits bateaux dans les bassins.


Comme j’ai un horoscope un peu pourri depuis un an, chaque prototype était un échec et il m’a fallu en tester deux bonnes dizaines pendant l’été pour mettre enfin au point la Zolla’Clear.

Le nom est tout pourri, mais il est de Mini-Mattier et j’ai donc pas pu refuser. Il raconte partout qu’il a un « Papy inventeur ». C’est la première fois de ma vie que quelqu’un est fier de moi, chuis pas habitué...


Pour le dernier test, j’ai utilisé mon double agglotarium. Les deux côtés sont contigus, l’eau est la même et elle était très verte cet été.

Le résultat a été assez impressionnant, même s’il a fallu, vu le volume, deux bonnes semaines. Le côté avec Zolla’Clear (à droite sur la photo) n’était plus vert du tout ! Ça a beau être logique, c’est pas pareil de le voir se faire en vrai, jour après jour...


Donc, après les tests, la fabrication, et enfin le lancement.




Le « Kit eau claire » est disponible sur le site d’Aquazolla.

Il contient :

- la Zolla’Clear à installer dans l’aquarium ou le bassin

- 3 doses de daphnies pour le garnir assez densément pour une attaque rapide du plancton

- une épuisette à plancton pour, de temps en temps, donner des daphnies à vos poissons !

Parce que les daphnies se multiplient et que les poissons, les regardant toute la journée avec envie, on bien le droit de manger du naturel de temps en temps.


Finalement, cela revient à avoir un petit élevage permanent de daphnies dans l’aquarium ou le bassin, aussi bien en préventif (pour empêcher l’eau verte d’apparaître) qu’en curatif (si elle est déjà là).


En aquarium naturel, la Zolla’Clear flottera tranquillement. Elle est entièrement vert clair pour se fondre dans le décor. La paroi est très fine (maille de taille planctonique) pour laisser passer les micro-algues mais pas les daphnies, même très petites. Si des bulles s’y accumulent, elles peuvent alors la faire flotter sur le flanc en la couchant. Il suffit dans ce cas de lester l’intérieur avec une pincée de grains de sable du fond ! C’est simple.

Si vous avez un filtre pour des raisons religieuses ou pour embêter Mattier, vous pouvez alors fixer la Zolla'Clear à une paroi de l’aquarium avec une simple pince à linge ou un petit crochet, selon le niveau d’eau. Elle ne bougera plus et les daphnies, qui n’aiment pas le courant, en seront protégées !


Les daphnies, une fois introduites dans la Zolla’Clear, se mettent à manger. Les mues et les daphnies mortes s’accumulent au fond et les nouvelles générations nagent. Rien ne vous empêche d’enlever ce dépôt de temps en temps s’il devient important. La population de daphnies peut devenir importante mais, même serrées, elles profitent du volume complet de l’aquarium puisque l’eau circule à travers les parois.

Quand elles deviennent assez nombreuses, à l’aide de l’épuisette fine, vous pouvez facilement récolter une partie des daphnies pour les distribuer à vos poissons, comme dans la nature.


Pour résumer, on apporte ainsi à un aquarium le chaînon manquant de son écosystème : j’ai nommé la bestiole ! C’est elle qui fait le lien entre le poissons et la plante, en transformant les déchets organiques en minéraux assimilables par les plantes.

Chaînon qu’on aurait facilement dans nos aquariums s’il n’y avait pas ces saletés de poissons !



Merci à tous de m’aider à partager cet article pour faire connaître la Zolla’Clear.

On peut pas exclure un prix au concours Lépine, voire le prix Nobel de Mattiérologie. Je suis un des meilleurs du monde en Mattiérologie.

Va savoir…


What do you want to do ?
New mail