samedi 1 octobre 2011

Un poubellarium en fleur



Cette fleur de nénuphar blanche vient de s'ouvrir à la surface de mon poubellarium, au fond de mon jardin.

Symbole d'un mois d'octobre exceptionnel dont profitent mes locataires du dessous.

Les autres années, je rentre mes poissons exotiques vers mi-octobre, mais après plusieurs semaines de froid et l'inquiétude au ventre !
Cette année, rien de tout ça. J'ai décidé de laisser tous mes poissons dehors, et bien m'en a pris.
Il aurait été bien dommage de remettre tout ce petit monde dans un triste aquarium, alors que mes divers poissons profitent encore à plein des températures estivales et des insectes kamikazes si délicieux à grignoter !

Difficile d'apercevoir les magnifiques xiphos noirs qui évoluent sous les feuilles de ce nénuphar, mais ils y sont ! Et en pleine forme, malgré des températures qui feraient hurler tous les puristes (ceux qui écrivent les livres qui fixent ce qu'on a le droit ou pas le droit de faire) !
12°C le matin, 27°C l'après-midi... Je vous mets au défi de trouver un livre qui recommande de tels écarts pour ces poissons, et pourtant...

En leur permettant de passer l'été cachés sous les lentilles d'eau de cette grande poubelle de 300 litres, j'ai troqué mon plaisir contre le leur. Je ne les vois plus, mais je les imagine.
300 litres pour 7 ou 8 poissons ! Qui sacrifierait un aquarium d'une telle taille à seulement 7 poissons si courants et anodins que des xiphos ?
Moi, et mon entonnoir sur la tête !

J'ignore tout du paysage aquatique dans lequel ils auront passé la belle saison. Pas de hublot dans ma poubelle ! Cohabitent-ils avec une vilaine larve de libellule, ce qui expliquerait l'absence d'alevins ? Passent-ils la journée au fond, ou juste sous les feuilles de nénuphar ? Parmi ses racines dont je ne connais d'ailleurs pas encore la taille ?... Peut-être que tout le volume est envahi, transformant l'ensemble en jungle aquatique impénétrable !

La poubelle voisine contient des endlers.
Une troisième héberge des Barbus conchonius et ticto, et les alevins se promenant en surface me prouvent que tout le monde n'a pas dû s'embêter ! Ah, les cochons !

Un grand merci à l'été indien, qui permet à mes poubellariums d'être aussi accueillants en octobre qu'en juillet !
Si quelqu'un a le numéro de téléphone de Monsieur Météo, qu'il le salue de ma part.

3 commentaires:

Sapho a dit…

Cet article est un vrai moment de bonheur où chaque phrase nous renvoie l'image de ces petits paradis de nos chers petits poissons.
Merci et bravo tout simplement.
Sapho

Jeanmi a dit…

La symbolique de la poubelle sublimée par celle de la fleur. Fleur sur le fumier, fleur dans la poubelle, de nos déchets peuvent peuvent naître de belles générations ?

pauvre bleuet a dit…

c'est nature, c'est gentil, c'est presque comique mais c'est du vrai petit bonheur vécu. En outre c'est bien écrit et la mise en page jolie dans sa simplicité. merci.
j'ai hâte de restaurer ma pièce d'eau extérieure!