mardi 22 janvier 2013

Plancton au menu : phyto et zoo !


Puisque je suis en train de trier les photos de cet été, j'en ai trouvé une que j'ai prise un jour où je n'avais pas grand chose à faire.
Parce que, pour trier du plancton à la main comme je l'avais fait, faut vraiment avoir fait le tour de toutes les occupations : j'avais fini de ranger ma collection de timbres, j'avais épilé les jambes de Mauricette et revisionné tous les 13h00 de Pernaut en Replay... bref, un jour de juillet d'ennui profond !

J'ai donc décidé de faire le tour de mes poubellariums pour ramasser et trier du plancton pour nourrir mes poissons restés en aquarium et montrer à mes lecteurs du blog... sauf que j'ai jamais écrit l'article !

Voici donc un résumé de la gamme de plancton-de-chez-Mattier, à la base de l'alimentation de mes poissons, alevins et crevettes. Et je vous garantis qu'avec ça, le résultat n'a vraiment rien à voir avec les affreuses paillettes industrielles du commerce !

Le liquide vert tout d'abord est du phytoplancton (à droite sur la photo). Algues unicellulaires en suspension, il est à la base de toute la chaîne alimentaire aquatique et donc de la vie. C'est lui qui capitalise l'énergie lumineuse solaire sous forme de matière organique, la mettant ainsi à la disposition de tous les autres organismes.
Ce phytoplancton-là est d'une vert-bleu soutenu, trahissant la présence de cyano-bactéries (la spiruline est une cyano-bactérie).
Ce phytoplancton est l'idéal pour nourrir les crevettes, les daphnies et même les très petits alevins qui y trouvent des éléments rares ou complexes évitant les carences diverses.

Le pot rouge contient, lui, des daphnies. Elles sont de cette belle couleur grâce au phytoplancton, justement. Les daphnies d'hiver, ou nourries à la levure (berk !) sont brunes ou même carrément grises. Là, on a affaire à de la bestiole qualité premium, à du top niveau, à de la daphnie de compétition, prête pour les concours agricoles !
N'oublions pas que tout ce que contient chaque daphnie est appelé à nourrir les poissons, qui n'ont que ça comme contact avec la nature et l'extérieur. Ces daphnies gavées de phytoplancton sont donc, à mon avis, essentielles pour la santé de nos pensionnaires, qu'elles rendront plus résistants, plus vifs et plus prolifiques.

Mais il nous reste le pot noir, celui qui contient le côté obscur du poubellarium, j'ai nommé les larves de moustique.

Il y a là des espèces très diverses, mais pour l'essentiel des moustiques piqueurs. En juillet, au moment de la photo, leur cycle s'accomplit à toute vitesse, et ils sont prêts à éclore en quelques jours seulement ! Les poissons les adorent. Je les réserve à mes killies en priorité, qui apprécient cette proie de surface, de belle taille, très attirante par ses mouvements de fuite, et qu'il faut chercher au milieu des lentilles d'eau où elle se cache ! C'est la nourriture préférée des poissons chasseurs...


C'était là la récolte d'une matinée en juillet, dans mes poubellariums dont les poissons ne parvenaient apparemment pas à tout manger ! C'est cette période d'abondance qui déclenche chez les poissons l'envie de se reproduire, la nourriture étant disponible en quantité pour les alevins.

Et on comprend mieux pourquoi, depuis que l'aquariophilie existe, on sait que la nourriture vivante est une condition pour faire pondre la plupart des poissons de nos aquariums.

1 commentaire:

Nath a dit…

Impressionnante, la photo des larves de moustiques.... Et génial, autant de moustiques qui n'auront pas pu piquer :)