jeudi 4 août 2011

L'eau verte, est-ce un drame ?

En général, l'eau de nos poubellariums verdit au printemps jusqu'à devenir presque opaque.
Ce phénomène est bien connu des aquariophiles à qui on a appris que c'était un drame annonçant la fin du monde, ce qui permet de leur vendre aussitôt un produit « anti-eau verte » de chez Zinzin qui va marcher ou pas, mais va de toute façon faire assez de dégâts pour que le commerçant vous revoie rapidement avec un nouveau problème. De produit en produit, de conseils éclairés en conseils éclairés, combien de personnes se sont découragées devant une science qui leur paraissait insurmontable et qui engloutissait tout leur budget sans résultat !

Un peu comme la mousse dans le gazon : ou on s'arrache les cheveux à la retirer tous les ans, ou on apprend à s'en désintéresser, et on passe plus de temps à rêvasser couché dans l'herbe !

L'eau verte est gênante en aquarium parce qu'elle empêche de voir ses poissons, et que si les aquariums sont en verre, c'est quand même un peu pour voir ce qu'il y a dedans ! Mais aussi parce que cette eau verte est en réalité une suspension de millions d'algues minuscules, souvent unicellulaires, que l'on appelle le phytoplancton quand on veut faire son malin qui s'y connaît.
Ce sont donc des matières organiques qui, si elles venaient à toutes mourir d'un coup, pourraient effectivement polluer en se décomposant plus que le pauvre aquarium ne saurait gérer.

En aquariophilie naturelle, on raisonne autrement. Le fait de voir les poissons comme si on était dans leur salle de bains revêtant moins d'importance, on relativise plus facilement. D'autre part, le système biologique installé est censé pouvoir faire face à la disparition soudaine de ces algues. D'ailleurs, c'est généralement ce système qui les fait disparaître lui-même.

Dans la nature, le phytoplancton est mangé par le zooplancton, c'est-à-dire les bestioles les plus petites. En aquarium, ce zooplancton est presque inexistant. Mais dans nos bacs naturels, il est nombreux. Le premier et le principal représentant du zooplancton, c'est la daphnie. Une daphnie, c'est très con, ça aura sûrement pas son bac cette année, mais ça mange beaucoup, beaucoup de phytoplancton. Comme une vache broute de l'herbe. A tel point que le meilleur moyen de lutter contre l'eau verte en aquarium est tout simplement d'y placer un filet avec des daphnies ainsi protégées des poissons, et de les laisser bosser gratuitement. Mais ça, le vendeur de l'animalerie a une tendance assez constante à ne jamais le dire !

Bien sûr, il y a aussi, les larves de moustiques, d'éphémères, les cyclops, de nombreux infusoires et protozoaires, les vers de vase, etc. Tout le monde mange cette eau verte.
Donc, dans nos poubellariums, je me suis mis à aimer l'eau verte, à la désirer. D'abord parce qu'elle permet à mes poissons de se cacher. Je ne les vois plus, mais je les sens libres et heureux !
Mais aussi parce je sais que cette eau verte est le premier maillon saisonnier d'une chaîne de la vie qui va durer jusqu'à l'automne.

D'ailleurs, dès juillet, l'eau est en général redevenue limpide, au grand désespoir des poissons qui ne peuvent plus se planquer (n'oublions pas qu'ils sont tout nus !). Les daphnies, quelques semaines plus tard, se raréfient à leur tour, leur fourrage ayant disparu... et le règne des animaux supérieurs (les poissons, hein, pas nous...) s'installe. Et là, il faut souvent que nous nourrissions un peu, puisque notre équilibre naturel est imparfait, notre espace étant finalement très restreint.

Imaginez un Combattant se baladant dans sa rizière boueuse natale, à l'eau bien verte...

Et rêvez devant votre petite poubelle d'eau verte, avec ses deux nénuphars et son pied d'iris d'eau... Imaginer son poisson peut être aussi jouissif que de le voir, non ?

6 commentaires:

Mathilde a dit…

Ton blog est réellement intéressant, bien écrit et agréable à lire.
Bravo, vivement un nouvel article !

Anonyme a dit…

Génial!! moi qui m'évertue à essayer d'avoir de l'eau verte pour ma "culture" de daphnies^^

Anonyme a dit…

as-tu reussi à avoir une population constante d'invertébrés dans un poubellarium peuplé de poissons ?

Administrateur a dit…

Impossible de te dire, puisque je n'ai pas vraiment de moyens de le vérifier.

Ce qui est certain, c'est que les populations d'invertébrés ne disparaissent jamais totalement, mais sont juste contenues.

En effet, quand on retire les poissons l'hiver, ça se remet à grouiller dès le printemps !

Reproduction de poisson combattant a dit…

La reproduction est asses facile. J'aime beaucoup ce poisson

Bertrand Bichat a dit…

Bonjour,

Je suis débutant et je souhaite faire un aquarium naturel à mon Betta Splendens. Je compte mettre comme invertébrés : Mélanoide Tuberculata & Planorbarius Corneus. Comme plantes, je vais mettre : Anubia Nana, Mousse de Java, Egeria Najas, Ceratophyllum Demersum & Lemna Minor. Il y aura aussi une branche de bois qu'on trouve en magasin d'aquariophilie.

J'ai déjà acheté un Nano aquarium Dennerle de 30 litres (30x30x35 cm), un chauffage de 50W pour maintenir à 25°C le Betta, et un éclairage artificiel à LED (spectre solaire).

Pouvez-vous me dire s'il faut mettre une turbine de brassage à très faible débit ? J'ai vu ça sur d'autres sites parlant de la méthode Walstad.

De plus, que me conseillez-vous comme organisation de sol ? Un vendeur m'a dit : manado en dessous + substrat nutritif au milieu + sable de Loire au-dessus. Un blogueur sur les aquariums naturels low-tech m'a dit : seulement 5 cm maximum de sable de Loire mélangé à un peu d'argile, des feuilles de Catappa et de la nourriture pour poisson en paillettes (selon lui les plantes que j'ai choisie n'ont pas besoin d'un substrat nutritif).

Je sais que je dois attendre le cycle initial de 3-4 semaines avant d'introduire mon poisson dans l'aquarium. Par contre, dois-je attendre le même temps avant de mettre les Mélanoides & Planorbarius ? Ou puis-je les mettre dès le début ?

Cordialement,
Bertrand