mardi 24 janvier 2012

Distributeur automatique de nourriture vivante !

Nous sommes en plein hiver ; l'aquariophilie naturelle doit en cette saison se passer des poubellariums et se réinventer en intérieur.

Personnellement, je ne chauffe pas mes aquariums qui sont en sous-sol. Ils affichent donc entre 16 et 18°C maximum, mais cela reste très vivable comparé aux températures extérieures à ne pas mettre un Xipho dehors !

A l'automne, lorsque j'ai rentré tout mon petit monde, la fin de la récréation ayant sonné, j'ai pris soin, comme chaque année, de rentrer également quelques plantes flottantes (lentilles d'eau et Pistias) couvertes de pucerons.

C'est une idée que j'ai eue il y a déjà quelques années, un peu par hasard.

Dans l'aquarium naturel, les matières azotées se dégradent en nitrates sans avoir besoin de filtre, sous l'action des bactéries omniprésentes dans l'aquarium. Ces nitrates sont ensuite absorbés et fixés par les plantes sous l'effet de la lumière. Ce qui signifie que, plus les plantes sont abondantes, luxuriantes, et plus la lumière est forte, plus l'eau de l'aquarium est propre sans qu'on ait à faire de changements réguliers. Généralement, dans un aquarium ainsi mené, les changements d'eau ont au contraire tendance à augmenter les taux de nitrates, tant l'eau de conduite est devenue contaminée, alors que celle de l'aquarium naturel est devenue pure.

Mais le cycle, bien entendu, ne peut pas être complet. Car il faut ensuite, de temps en temps, retirer des plantes et les jeter au compost (si on peut!) pour éliminer ces déchets fixés.

La méthode dite « du puceron tonkinois » mise au point par votre serviteur et tirée de la recherche spatiale, permet de boucler (dans une certaine mesure) le cycle de l'aquarium naturel.
Avec cette méthode, on pourrait à la limite laisser l'aquarium tourner en autarcie un certain temps.

Je m'explique.
Les pucerons amenés à l'automne avec quelques plantes flottantes envahissent rapidement toutes les parties émergées des plantes.

Exemple sur des feuilles d'élodée de mon bac à cyprinidés :



Mais aussi sur des feuilles très fines de Ceratophyllum demersum affleurant la surface dans un bac à Xiphos :



Les pucerons exploitent ainsi les plantes et tirent profit de cette consommation pour se multiplier. Évidemment, comme on le voit sur cette photo de lentilles d'eau infestées, les individus sont très à l'étroit et constituent des proies faciles dès qu'ils tombent à l'eau :



C'est de cette façon que les poissons vont, en les dévorant régulièrement, profiter à nouveau des mêmes matières qui sont auparavant déjà passées par eux, et recyclées par les plantes. On peut laisser un tel aquarium sans nourrir pendant plusieurs semaines, et donc sans apporter de nouvelles matières azotées. Il est en quasi-autarcie, à condition d'être fortement éclairé.

C'est un peu ce que l'on obtient dans un aquarium sans plantes et où les nitrates provoquent une eau verte (phytoplancton), laquelle est consommée par des daphnies, à leur tour proies des poissons. Le défaut de ce système-là étant que les daphnies sont vite exterminées et que le cycle est donc vite rompu.

Avec les pucerons, rien de tout cela : ces petits comiques narguent les poissons depuis leurs feuilles en surface. Ils font bien sûr moins les malins le jour où ils tombent eux-mêmes ou pondent leur progéniture dans l'eau, mais il en reste toujours suffisamment pour que le cycle se perpétue !

Bref, avec cette méthode exclusive du gars Mattier, plus besoin de se débarrasser des parasites, fléaux des cultures et autres plaies d'Égypte : suffit de laisser la nature faire et de regarder en sirotant son café.

Moi, je vous le dis, ça repose après avoir autant creusé pour enterrer ses poubellariums !


Plantes et nourriture vivante disponibles chez Aquazolla.


10 commentaires:

Dani a dit…

Toujours dans le mille tes articles, bravo!
J'ai également des pucerons sur les plantes qui titillent la surface, je me disais: ça serait une excellente nourriture pour mes poissons. Sauf que ces pucerons se trouvent dans mon bac à daphnies qui est sans poissons. J'ai donc mis des brins pleins de pucerons dans mon grand bac, et le tour est joué..
Je ne comprends pas comment ils sont venus dans ce petit bac à l'intérieur, alors que dans le bassin qui est à l’extérieur pas la queue d'un! je ne savais même pas que des pucerons d'eau existaient, j'en découvre des choses depuis ma décision de me tourner vers l'aquarium naturel! Bravo et merci à toi.

Administrateur a dit…

Bonjour Dani !

Ce ne sont pas vraiment des pucerons aquatiques, mais des pucerons verts assez classiques, qui profitent des parties aériennes ou émergées des plantes. On les trouve souvent sur les feuilles flottantes des nénuphars et ils y attirent les coccinelles...
Tu as très bien pu les introduire sans le vouloir, sous la forme d'oeufs sur l'écorce d'une brindille, etc. Ou sur un bouquet de fleurs ou une plante verte, par exemple.
En été, il ne faut pas hésiter à cueillir une tige couverte de pucerons bien dodus pour l'agiter au-dessus des aquariums. Les poissons se régalent !
Mais il faut s'assurer que tout cela n'a pas été traité, bien sûr !

Jeanmi a dit…

Bonjour aquarium, je vois que ta science suit le rythme des saisons. L'hiver semble nous rattraper cette semaine, couvre bien tes bassins

Dani a dit…

Alors, on t'invite sur le forum, y a une section poubellarium et aquarium naturel: http://aqua-nature.forumgratuit.fr/
On serait content que tu nous fasses un topo sur le poubellarium et sur tes aqua naturels, les principes, le but, etc..En fait tout le monde est bienvenu, histoire de promouvoir cette conception de l'aquariophilie, plus on est nombreux, mieux c'est..Merci d'avance...

Dani a dit…

J'espère que l'admin ne m'en voudra pas de faire de la pub pour les poub sur son site, c'est pour la bonne cause...

Gigabs a dit…

Pas mal, l'idée des pucerons !
Ce qui me plaît, c'est l'extrême simplicité du truc, et le côté écologique.

Bravo pour le blog, très original. je reviendrais.

sève de la fleur a dit…

je viens de découvrir votre blog. Une question: dans quelle région êtes-vous? Je suis en banlieue parisienne, et je me demandais dans quelle mesure vos travaux étaient transposables par chez moi, à cause de la météo.

Administrateur a dit…

Bonjour sève de la fleur, et bienvenue.

Je suis moi aussi en région parisienne, banlieue ouest.

On est donc voisins !

sève de la fleur a dit…

effectivement, nous sommes bien voisins, ce qui me rassure sur ce que je peux donc tenter par chez moi en expériences "aquariologiques"!

Anonyme a dit…

Bonjour,
Ne sachant ou vous poser la question je la pose ici.
Voilà je vois que vous conseillez Abricia nature pour la nourriture vivante et autres, mais je n'arrive pas à avoir de réponses à mes questions, j'ai quand même passée une commande pas négligeable, et je nen vois rien à l'horizon. Êtes vous sûre de leur confiance et de leur efficacité? Car je commence à en douter!!!
Merci pour votre réponse.
Ps: votre blog est super, bon continuation.