jeudi 15 mars 2018

Donnez vie à l'eau !

Nous en avions déjà parlé dans ce billet du blog : l'apparition du cycle de la vie dans nos poubellariums ressemble beaucoup à un condensé de l'apparition de la vie sur terre.

J'ai placé quelques seaux remplis d'eau de pluie dans mon jardin à l'automne. Je pourrais vous faire croire que j'avais l'intention d'engager un programme de recherche et d'étude, mais en vrai c'était juste pour emmerder Mauricette.
J'ai mis les seaux en plein milieu de la terrasse, là où ça gêne le plus, et je lui ai fait croire que c'était absolument capital pour mes recherches scientifiques.

J'ai collé une feuille morte avant l'hiver dans chaque seau, et paf.

Hier, j'ai attendu que Mauricette s'absente pour aller chez le vétérinaire (elle perd ses poils sur le ventre) et je suis allé faire des photos de mes seaux.


Et là, qu'est-ce qu'on voit-il ?

On pourrait penser qu'il s'agit d'eau verte, formée d'algues microscopiques. Il est vrai qu'il y en a dans certains de mes poubellariums installés depuis plus longtemps que ces seaux.

Mais, si l'on remue un peu l'eau, on s'aperçoit que l'eau est limpide. C'est simplement un voile très fin, un film verdâtre qui s'est formé en surface. Et ça mousse !

Ce sont en réalité des cyano-bactéries, donc pas vraiment des algues.
Les scientifiques considèrent aujourd'hui que ce sont les cyano-bactéries, apparues il y a plusieurs milliards d'années sur terre (et donc vers le début de la vie de notre planète), qui sont à l'origine de la formation de notre atmosphère telle que nous la connaissons.
Les cyano-bactéries ont inventé la photosynthèse, bien avant les premiers végétaux. Alors que la vie n'existait que dans les océans, elles ont dégagé l'oxygène nécessaire à la poursuite de l'apparition de la vie complexe sur terre.

Même si, dans mon jardin, les dinosaures sont déjà largement apparus (je dis ce que je veux de ma femme !), il semblerait bien que mes seaux se préparent à revivre l'histoire de la terre sur ma terrasse.

Normalement, l'étape suivante sera l'apparition des premières algues, puis des premiers copépodes. Inutile de les introduire, leurs œufs sont contenus par milliers par la poussière portée par le vent, voire par les fientes des oiseaux de passage.

Mars est un mois passionnant au jardin si vous avez un simple seau d'eau, ou mieux un poubellarium.

N'attendez pas l'introduction des poissons en mai ou juin pour vous y intéresser. On apprend énormément à observer maintenant. Et ce que vous apprendrez, ce que vous observerez au printemps dans l'eau "sale" de vos poubelles, c'est cela qui fera votre culture générale aquatique. Celle-là même qui vous servira à interpréter correctement l'environnement de vos poissons.

L'aquariophilie naturelle exige de connaître le milieu de vos poissons encore mieux que les poissons eux-mêmes. Le temps que l'on ne passe pas à nettoyer des filtres, piloter les machines, changer l'eau, etc. , on le passe à observer et comprendre. Voire sentir.

On attend un pic fugace de gel pour ce week-end, mais la vie aquatique s'en fout : l'équinoxe arrive dans une semaine, la lumière est là et c'est elle qui crée la vie dans l'eau. Pas la température.

Allez ! On sort les tubas, les loupes, les seringues, les pots et les bidons, et on va au jardin. Même les poissons restés au chaud à l'intérieur vous en remercieront !


2 commentaires:

Anonyme a dit…

Il y a beaucoup de liens entre l'apiculture et l'aquariophilie (mère nature gérant le tout avec pas mal de recettes communes).

Comme en aquariophilie, mars est un mois passionnant chez les api, si ce n'est le plus passionnant pour observer le réveil de la vie.

Ne croyez pas que la nature dorme encore. Bien au contraire, l'éveil est total, et la majorité des événements se joue maintenant. Ouvrez les yeux, le spectacle est grandiose!

Anonyme a dit…

Mother Nature's Son ...