dimanche 27 avril 2014

La guerre du poubellarium : saison 2014 ouverte !

Le blog "L'Aquarium Naturel" sort aujourd'hui d'une longue interruption.
Je vous dois quelques explications pour ce silence qui, me dit-on, a poussé certains d'entre vous au bord du suicide. Je m'en excuse.

En réalité, tout est la faute de Mauricette.

Vous vous souvenez de mes poubellariums enterrés, en nombre somme toute modeste ?

Ce qui devait arriver arriva : Mauricette les a découverts, un jour où, la truffe au vent, il lui est venu l'idée de s'aventurer au fond du jardin.

Sa réaction a été immédiate :
- Ou tu les retires immédiatement, ou je te quitte !
J'étais donc en train de creuser pour en mettre une deuxième rangée, après avoir sorti sa valise, mais elle a alors ajouté :
- Et j'emmène le chien !

Là, forcément, c'était différent, et ce qui m'était apparu comme la chance de ma vie s'est mué d'un coup en douche froide. Le chien, il a beau être un peu plus poilu que Mauricette (sauf sur le ventre), je l'aime beaucoup.

J'ai donc dû, la mort dans l'âme, déterrer tous les poubellariums qui faisaient la fierté de mon jardin et les soirées emmoustiquées de mes voisins.

Mais l'appel de l'aquariophilie naturelle a été le plus fort, et j'ai décidé de venger la cause sacrée du Poubellarium.
Voici comment...

Nous disposons, au fond du jardin, d'un poulailler habité par deux connasses emplumées dont les crottes me servent à ensemencer mes bacs à daphnies.

Ce poulailler n'a l'air de rien, et semble tout à fait anodin. Mais il est au cœur de ma stratégie géniale.

Car c'est derrière ce poulailler, très habillement dissimulée, que se trouve ma revanche, ma botte secrète, l'arme absolue anti-Mauricette : une serre pratiquement invisible, admirablement cachée par plusieurs touffes d'iris d'eau... On la voit à peine.

J'ai bien sûr prévu de compléter cet incroyable camouflage par des filets et autres dispositifs militaires déjà commandés sur le Net.
L'avantage de la serre, c'est que mes petits poubellariums devraient gagner quelques degrés l'hiver et rester carrément hors-gel, si le Grand Poubellarium Cosmique exauce mes prières.

Bien sûr, l'intérieur est garni de quelques modestes récipients qui, bien que déterrés, retrouvent là une seconde vie.

C'est donc avec ce nouveau dispositif que cette campagne 2014 va commencer pour moi et mes petits pensionnaires.

Demain, si vous êtes sages, je vous montre comment j'ai pu détourner l'attention de Mauricette grâce à la technique très classique du "leurre", qui m'apporte une paix royale au jardin tout en procurant à la créature en question un bien-être de bon aloi.

Vive la campagne Poubellarium 2014, que je déclare officiellement ouverte !

11 commentaires:

Anonyme a dit…

c'est vrai que ça faisait longtemps !

C'est triste quand même d'en arriver là ! Prendre en otage un pauvre chien...

Nico a dit…

Bonjour,

comprend pas, dans l'article lié, ta femme semblait au courant du travail d'enterrement accompli.
Sinon ton retour au blog fait plaisir.

Tiens toi qui est spécialiste des poubellariums, tu saurais pourquoi dans ma petite poubelle du balcon, avec à peine un lit de feuilles de chêne sur le fond, mes planorbes (sauvages + d'aquarium) deviennent de 1.5 à 2 fois plus gros que ceux de mon aquarium (avec plus de bouffe et plus de volume)? Les écarts de température ou le soleil peuvent-ils fournir une réponse? Aussi, chose bizarre, mes planorbes d'aquarium n'ont l'air de se reproduire qu'en intérieur ...

Administrateur a dit…

Oui, tu as raison, Nico. Mais elle ne se doutait pas que j'allais les remplir d'eau et y élever plein de bestioles grouillantes ! La femme, ça ne comprend pas ces choses-là !!!

Pour tes planorbes, j'ai remarqué qu'à chaque fois qu'elles ne se reproduisaient pas, c'était par manque de nourriture. En fait, elles pondent, mais dévorent les œufs ou les escargots nouveaux-nés. Résultat : les adultes grossissent indéfiniment, non concurrencés par leur descendance. On obtient de gros adultes, et pas de petits !
Les tiennes doivent avoir davantage à manger en intérieur qu'en extérieur, probablement...

Anonyme a dit…

Pauvre chien !!! otage de la folie humaine.. lol

Bon retour et bonne saison 2014

Nchm du PINC :)

NathNath a dit…

Ahhhhhhh que ne faut il pas faire pour assouvir une passion.

Jolie installation, pourvu que Mauricette, cette fois-ci, ne découvre pas le pot aux iris :)

Fais lui une bise de ma part, qui sait, ça la calmera quelques minutes :)

Anonyme a dit…

Bonjour,

Tu n'auras pas la pluie pour alimenter tes bac sous la serre.
Comment vas-tu faire?

cordialement,

Nico a dit…

Ha les bonnes femmes. La mienne n'est pas fan des bestioles, mais mes élevages en intérieur de grindals, blackworms et tubifex ne la dérangent pas :) Tant que ça ne dégage pas d'odeur (par contre le vinaigre des anguillules, elle n'aime pas).

Pour mes planorbes, seuls ceux d'aquarium ne se reproduisent pas, les sauvages eux pas de problème, néanmoins les sauvages sont bien plus fins (moins de besoins alimentaires), et effectivement suite à nettoyage récent de la poubelle, même eux se sont mis plus en moins en stand-by à ce niveau. Le manque de nourriture doit être l'explication la plus probable.
Par contre pour expliquer la taille ... en intérieur ils se goinfrent bien plus malgré la concurrence ...

Pour le dernier com, je présume qu'il doit utiliser un ou des récupérateurs d'eau (voir utilisation d'un puits), associé à un travail manuel pour combler l'évaporation.

ptiJo a dit…

Si tu avais caché le chien derrière les poubelles, t'aurais gagné sur les 3 tableaux !

Bon retour dans le business !!!

Nort Crow a dit…

Ah trop de bonheur, j'ai découvert ce forum il y a quelques semaines, et je désespérais de le revoir vivre un jour. Bon que l'on ne t'y reprenne plus...

Administrateur a dit…

Moi aussi, ça ma fait plaisir de vous lire, les filles !

Anonyme a dit…

J'en ai rêve - il l'a fait !
Site parfait pour un poubelarium-adepte et/ou addict - je m'incline !
Je pratique depuis quelques années ... "Modestement" cette activité dans 3-4 mini-bassins. Ai quand même eu des décès répètes (mes enfants me regardent parfois comme un assassin !) de poissons rouges pourtant maintenus dans un bassin d'environ 100 litres en densité limite (3 au maximum) avec plantation abondante (prêles, myriophile ... ) ? Décès souvent survenus au printemps ... Aurais tu une explication ? Existe t-il une formule "magique" donnant le volume d'eau nécessaire en fonction de la taille des poissons ? Pas de soucis avec d'autres poissons (tanichtys "parfaits") mais le poisson rouge me semble le seul capable se survivre sous la glace ?
Encore bravo pour ce site
JPG