mercredi 2 mai 2012

Poubellarium-mère : qu'est-ce que c'est ?

Pour les chanceux qui ont, comme moi, de la place au jardin pour installer de nombreux poubellariums, je recommande l'entretien de ce que j'appelle un "poubellarium-mère".

Cher moi, c'est un poubellarium de grande taille (300 litres) qui reste rempli à l'année, mais ne reçoit jamais de poissons. Le mien est en eau depuis 8 ans et je ne l'ai jamais complètement vidé.

On place dans ce poubellarium le maximum d'espèces d'invertébrés : aselles, ostracodes, daphnies diverses, cyclops, vers aquatiques, etc. Mais aussi du phytoplancton d'espèces variées, et assez de plantes pour boucler le cycle des matières organiques. Car ce sont les tissus morts de ces plantes qui nourriront les aselles, dont les déjections nourriront le phytoplancton, que mangeront les daphnies, dont les mues feront le bonheur des ostracodes, etc. Au fil des années, la diversité biologique y deviendra de plus en plus forte, de nombreuses espèces d'animalcules étant apportées par vos manipulations, par le vent ou par les pattes de visiteurs ailés (oiseaux et insectes).

Mais pour quoi faire, me direz-vous, avec l'incroyable culot et cette insolence qui vous caractérisent ?

En réalité, à chaque fois que je démarre un nouveau poubellarium, j'utilise l'eau de mon poubellarium-mère pour l'ensemencer. Dans une simple bouteille, voire un seau, remplis de cette eau, j'introduis ainsi toute la flore bactérienne et planctonique possible au nouveau bac.
Je remplis d'abord le poubellarium avec de l'eau du robinet, je laisse passer quelques jours pour que les divers adjuvants (comme le chlore ou les chloramines) s'éliminent d'eux-mêmes, puis j'ajoute une bouteille de ce merveilleux Gibolin venant du Poubellarium-mère.
Pour être vraiment perfectionniste, j'ajoute une poignée de crapapouët récolté au fond du poubellarium-mère, cette excellente bouillasse que les pédants appellent "moulme" (mulm en anglais) pour faire leur malin...

Et voilà comment on crée un nouveau monde, carrément, rien que ça !

On peut donc dire, sans risque d'exagérer, que le Poubellarium-mère est une sorte d'incarnation terrestre du Grand Poubellarium Cosmique que chacun d'entre vous ne manque pas, je l'espère, d'invoquer chaque matin et chaque soir.

Ainsi soit-il !

7 commentaires:

Anonyme a dit…

le Grand Poubellarium Cosmique ..
logique .. la terre est devenue une poubelle .. mais il faudrait que les maitres du poubellarium applique la méthode Mattier et là c'est pas dit ...

la meduse

qui va ptet' bien invoquer le grand poubellarium au réveil ...;-D

Anonyme a dit…

le Grand Poubellarium Cosmique ..
logique .. la terre est devenue une poubelle .. mais il faudrait que les maitres du poubellarium applique la méthode Mattier et là c'est pas dit ...

la meduse

qui va ptet' bien invoquer le grand poubellarium au réveil ...;-D

Nico a dit…

Poubellarium-mère : OK

Crapapouët : OK

Mais quid du sable ? Est ce qu'une couche de 5cm au fond d'un nouveau poubellarium ne serait pas bénéfique ? J'y verrai 2 avantages : éclaircir le fond ce qui permettrait (peut etre) de mieux observer les poissons sur un fond clair + servir de support pour y planter quelques boutures de cérato.

Ou bien j'ai loupé la fatwa du Grand Poubellarium Cosmique à l'encontre du sable ? Pourtant dans les rivières on trouve du sable ou des galets, non ?

Administrateur a dit…

@ Nico :
Personnellement, je ne mets rien au fond, ni sable ni rien d'autre. La vase de toute façon recouvrira tout très vite.
Ma Cerato est flottante, je ne plante rien. Seul mon nénuphar est dans un pot.

Mais le principe du poubellarium, c'est de faire comme on aime, il n'y a pas de dogme.

Mettre du sable n'est pas mauvais et on fait donc comme on veut.

Nico a dit…

Bon, alors je vais mettre du sable, j'aime bien le sable en général.

D'ailleurs j'ai déjà mis du sable puisque j'ai mis en eau 2 poubelle de 80 litres : eau du robinet + eau de pluie + lentilles + ceratophyllum + daphnies + gammare + etc.

Je vais rincer mes filtres d'aquariums dans les poubelles puis attendre encore quelques jours, et zou les poissons vont aller voir au jardin ce qu'il s'y passe :-)

Michel a dit…

Bonjour,
La lecture de votre prose m'a donnée l'envie de tenter l'élevage de Daphnies et d'Aselles. J'en ai commandé chez Abricia et je les ais reçues ce jour.

En ce qui concerne les Aselles, je les ais mises pour l'instant dans une boite en plastique avec de l'eau, quelques feuilles de plantes et de salades mais, il y a un point qui me chiffonne un peu : les Aselles sont elles totalement aquatiques ou faut il prévoir un bac étanche pour ne pas risquer dans retrouver partout dans l'appartement?

Merci de nous faire participer à l'aventure du grand poubellarium à travers vos écrits. J'étais déjà partisan de la filtration minimale mais, vous m'avez donné l'envie de créer un aquarium (à l’intérieur) sans pompe ni chauffage et peut être même sans lumière.

Cordialement.

Michel.

Anonyme a dit…

Bonjour.

Abricia existe toujours? J'ai trouvé un lien vers leur site sur plusieurs forums mais il n'y a plus de site...

Bonne continuation !

Bruno