samedi 28 avril 2012

Les Tanichthys qui venaient du froid !

Mes amis, le moment est venu de vous révéler la grande victoire de l'Homme sur la Nature, ou plutôt de l'Homme sur les livres d'aquariophilie.

En effet, sous vos yeux ébahis, je vais vous décrire ce qu'il est advenu des 10 malheureux Tanichthys linni que j'ai très imprudemment exfiltrés de ma fish-room en direction d'un poubellarium fin mars.
Il faut dire qu'il faisait beau, fin mars ! Mais tout s'est gâté ensuite, comme vous le savez, dès le mois d'avril-ne-te-découvre-pas-d'un-fil lors duquel certains matins ont vu le mercure descendre pile sur le zéro, le bougre !

Je vous l'avoue, je n'en menais pas large, fou d'inquiétude, décomposé d'angoisse, bref, j'en mordillais mon doudou...

Je suis donc allé ce matin en mission de reconnaissance pour me rendre compte de l'état des troupes dans ce poste avancé de 80 litres exposé au froid mordant.

Voici déjà le quartier général des troupes :

Comme vous pouvez le constater malgré votre vue défaillante, les iris des marais ont poussé comme une verrue sur le menton de Mauricette, et les racines n'ont fait que prospérer, transformant probablement l'intérieur de ce poubellarium en jungle impénétrable.

Quelques coups d'épuisette, un peu inquiet, et hop ! Une femelle :

... avec un ventre de camionneur amateur de bière ! Ça sent les pontes de printemps, tout ça ! 

On continue avec l'épuisette, et on ramène une petite collection de mâles, tous plus colorés les uns que les autres, et en tout cas bien plus colorés que leurs copains restés à l'intérieur :



Et un quatrième, connu sous le nom de"Maurice-les-grandes-nageoires" :

Qui a dit que les Tanichthys n'avaient pas de belles couleurs ?

Bref, tout le monde est apparemment en grande forme, et a supporté semble-t-il avec plaisir les températures frisquettes de ce mois d'avril 2012, au milieu des racines aquatiques.

Le début de saison poubellarium 2012 est donc un succès.

Une petite dernière pour la route ?

Vivement les beaux jours de mai, j'ai vraiment hâte de rendre la liberté à tous les autres locataires de ma fish-room.







4 commentaires:

Anonyme a dit…

donc les racines d'iris tiennent chaud aux écailles ...
tanychtis déjantés .. pourquoi ne suis pas étonnée ? ;-D
la méduse

CatherineG a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
CatherineG a dit…

Bravo pour cette expérience intéressante.
Pour ma part, je maintiens des tanichthys en bassin extérieur,en région parisienne depuis trois ans. Ils passent l'hiver sous la glace sans encombre.
Évidemment, il y a des pertes, mais comme ils ont une durée de vie limitée à 2 ans, on ne sait pas trop de quoi ils meurent. Le fait est qu'ils s'y reproduisent allègrement, qu'ils arborent de merveilleuses couleurs et que leur vivacité ne laisse aucun doute sur leur bonne condition physique.
Je suis donc optimiste sur la suite des opérations!
Bonne continuation

Fabien a dit…

Ma premiere sortie de tanichtys dans le bassin au printemps a fini cet hivers dernier avec un jolie -20c, a vrai dire ils n'ont pas du tout aimé. si les bébés poissons rouges sont repartis comme en 14, ce n'etait pas le cas des tani.... RIP

Mais cela m'encourage a recommencer...