lundi 29 août 2011

Chikungunya


C'est comme ça que l'on m'appelle désormais dans le quartier.

Mais pourquoi ?

J'ai d'abord cru que c'était à cause de mon copain de Mayotte qui venait jardiner chez moi, faisant rire tout le monde parce qu'il ne connaissait pas les plantes d'ici (jamais vu une noix!) et qu'il voulait planter des manguiers ! Il m'a retaillé mon laurier façon machette, va falloir quelques années pour qu'il repousse !

Non, mais en fait, c'est pas pour ça.

La raison de ce mystérieux surnom vient du fait que mon secret a été découvert.
Mes voisins se sont rendu compte que j'élevais des larves de moustiques secrètement dans le fond de mon jardin. Franchement, j'ignore totalement comment ils ont pu s'en rendre compte !
Pourtant, ça fait pas de bruit, des larves de moustiques...

Et puis, je fais ça pour la bonne cause, Monsieur le Juge, c'est pour nourrir des pauvres poissons naturellement et pour leur éviter de manger de la pâtée-Tetra-proche-de-la-nature-et-proche-des-poissons !

Puisque mon secret est désormais éventé, je vais pouvoir rendre publiques les photos de mon forfait.

Voici à quoi ressemblent des larves de moustique. Nous parlons du moustique piqueur, celui du genre Culex ou des anophèles, par exemple. Rien à voir avec le petit-moustique-qui-pique-pas et qui fait des vers de vase : le chironome plumeux que même son nom, il chatouille !

C'est beau, hein ?
Et puis, surtout, c'est appétissant !

Cette petite proie vivante et aquatique est une des préférées de très nombreux poissons. Elle fait vraiment l'unanimité. Riche en protéines, elle est assez peu grasse, et ses mouvements sont extrêmement attractifs. Selon l'espèce de moustique, elle peut être plus ou moins grosse. Selon son âge, aussi. Par exemple, je récupère souvent les œufs des moustiques du genre Culex pour les placer dans des bacs avec des alevins. Les larves juste écloses sont minuscules et à leur taille.
Pourquoi récolter spécialement les Culex ? Parce que ce sont les seuls à avoir la gentillesse de grouper leurs œufs sous la forme de petites barquettes de 200 flottant sur l'eau, alors que les autres espèces les pondent un par un ! C'est un peu plus pratique à ramasser, vu la taille des trucs !

D'ailleurs, mes voisins ont tort d'avoir peur. En réalité, chaque femelle moustique qui pond dans mes bassines voit sa progéniture dévorée par mes poissons et réduite à néant ! Il vaut donc mieux qu'un moustique ponde chez moi que dans une soucoupe de jardinière oubliée dans un coin !

Les gens sont illogiques, parfois, j'ai bien du mal à les comprendre...

Vous allez voir : bientôt, on va dire que l'épidémie de palu dans le quartier, c'est ma faute !

2 commentaires:

Sapho a dit…

mdr !!!... Voilà encore un article des plus intéressants et encore plein d'humour !
A nouveau bravo et merci pour ce moment de pur régal... naturel !

Zaboul66 a dit…

Merci de savoir faire rire autant tout en apprenant des choses intéressantes.
Votre blog rejoint mes favoris !
Bonne continuation.